En plus de soutenir des actions de plaidoyer pour une transition écologique jugée socialement juste, la Fondation pour le Progrès de l'Homme tente de faire de même au travers de ses investissements. Après avoir dressé un bilan de son portefeuille, elle a récemment créé une poche d'investissements à impact et se désengage progressivement des actifs jugés non compatibles avec la transition juste.
Pour pallier la prédominance du résidentiel dans son portefeuille immobilier, le groupe CCR (Caisse Centrale de Réassurance), détenu par l'Etat, met depuis 2013 les bouchées doubles sur les immeubles de bureau. En parallèle, il a choisi de pratiquer davantage l'investissement indirect, en sélectionnant des fonds paneuropéens. La question porte dorénavant sur l'éventuelle acquisition de biens immobiliers dans le cadre du Grand Paris...
Swiss Life doit présenter au marché son prochain plan stratégique à trois ans en novembre. Dans un entretien avec Instit Invest, son directeur général Patrick Frost, en dévoile les grandes lignes et réaffirme l'intérêt du premier assureur suisse pour les actifs immobiliers, notamment français, qui répondent à ses exigences en termes de passif dans un contexte de taux particulièrement bas.
Association d’anciens combattants, la Fédération Nationale André Maginot (FNAM) n’a pas besoin de subventions. Elle tire ses ressources des dividendes de la Française des Jeux (FDJ) dont elle est un actionnaire historique. Grâce à cela, elle s'est constituée un portefeuille d’actifs de 20 millions d’euros. La privatisation prochaine de la FDJ, qui sera discutée à l'Assemblée nationale dans les prochains jours, est source d'inquiétudes mais pourrait être aussi source d'opportunités.
Dans un contexte de taux d’intérêt bas et de forte valorisation des actifs à risque, en particulier des actions cotées, la classe d’actif du non coté offre des sources alternatives de rendements à long terme robustes. Bénéficiant d’une grande diversité de segments, le non coté permet de répondre à deux grands objectifs d’investissement : plus-value ou rendement régulier.
Les investissements en capital transmission répondent à une logique de plus-values, au même titre que les actions cotées en participant à la croissance économique.
Les infrastructures et les financements en dette subordonnée répondent à une logique de génération de revenus récurrents, ce qui les rapprochent des placements obligataires, même s’ils peuvent également présenter un profil actions à travers leur participation à la croissance.
A l’instar de nombreuses caisses de pension suisses, Prévoyance Santé Valais alloue près d’un tiers de ses encours (1,5 milliard de francs suisses) à l’immobilier. Pour le reste, la caisse s’est efforcée d’aller chercher du rendement sur des actifs diversifiés, avec des résultats qu’elle juge mitigés. L’institution, qui investit majoritairement au travers de fonds, réfléchit aujourd’hui à augmenter sa poche actions.
Créée en 1975 à l'occasion des 25 ans de règne du roi belge Baudouin Ier, la Fondation Roi Baudouin est engagée dans de nombreux pays sur des thèmes sociétaux et philanthropiques. Pour faire correspondre sa gestion financière à son objet, elle s'est donnée pour objectif d'introduire des critères ESG à son portefeuille de placement d'ici 2019. Elle s'appuie dans ce cadre sur les exclusions prévues par la loi Mahoux belge et celles du fonds souverain norvégien.
Carmignac
Partenaire

L’Europe, terre d’innovation ? Carmignac